YJ YouEdition - шаблон joomla Mp3

Les principaux effets de l'implication familiale dans l'entreprise - le cas d'un pays émergent - la Tunisie

Rate this item
(0 votes)

Thèse par Amira HAMMOUDA (2017) - Université de Paris 1

 

Résumé de la thèse :


En ayant recours à différents cadres théoriques, principalement la théorie de l’agence, la théorie de l’intendance et la théorie RBV (Resource Based View), cette thèse analyse l’effet de l’implication familiale sur les décisions, la performance, la politique de dividendes ainsi que sur l’investissement étranger en mettant l’accent sur les entreprises familiales en Tunisie. Dans son deuxième chapitre, cette thèse tente de comprendre et d’expliciter empiriquement les comportements des dirigeants des entreprises familiales en matière de prise de décision stratégique. Le troisième chapitre tente de vérifier si l’implication familiale comble ou profite des vides institutionnels dans le cas d’un pays émergent en analysant la performance des entreprises familiales en Tunisie. Le quatrième chapitre s’intéresse à l’étude de la politique de dividendes des entreprises familiales et analyse le rôle que peut jouer cette dernière dans la protection des droits des actionnaires minoritaires. Le cinquième chapitre analyse l'effet de l’implication familiale dans la propriété et dans le management sur les préférences des investisseurs étrangers en matière d’investissement. Les principaux résultats de cette thèse témoignent d'une part de l’effet positif de l’implication familiale sur la performance des entreprises en Tunisie. Plus précisément, nos résultats montrent que l’intensité de la propriété familiale, que le management effectif de la famille et que le contrôle de l’entreprise par son fondateur, augmentent la performance des entreprises familiales. Les résultats soutiennent aussi la surperformance des entreprises familiales dans un contexte de crise économique engendrée par la révolution tunisienne de 2011. D'autre part, lorsque les familles détiennent une fraction importante du capital et participent activement à la gestion de l’entreprise, les versements de dividendes sont réduits et la gouvernance familiale semble abuser des vides institutionnels existants en Tunisie en expropriant les actionnaires minoritaires. De plus, les investisseurs étrangers semblent éviter les entreprises dont la famille est fortement impliquée dans le capital et dans le management en Tunisie.

Read 28 times

Vu sur Twitter