YJ YouEdition - шаблон joomla Mp3
Thèses

On dénombre actuellement 43 thèses francophones de Doctorat dans le domaine de l'entreprise familiale* sur la période 1984 - 2014. Elles sont pour la plupart préparées et soutenues en France (ou en cotutelle avec certaines universités étrangères). Ce nombre ne tient pas compte des thèses de 3ème cycle ou des thèses soutenues dans des disciplines telles que l'économie ou le droit.

* : thèses dont le titre comporte les termes "entreprise familiale", "PME familiale", "société familiale", etc.

Thèse par Christian LANGLOIS (1987) - Université de Lille 1

 

Résumé de la thèse :
Contribution à l'étude du processus de transmission de la petite entreprise familiale le nombre toujours croissant d'entreprises à transmettre nous révèle l'existence d'un phénomène économique nouveau : la pérennité des petites entreprises familiales. Pour y faire face les pouvoirs publics ont récemment mis en place et développent à ce jour un certain nombre "d'incitants" à caractère juridique, financier ou fiscal. La realite des faits nous montre qu'a eux seuls, ils ne permettent pas aux chefs d'entreprise cedants, de resoudre les problemes rencontres durant le processus de transmission. Doit donc etre emise l'hypothese selon laquelle cette operation procede d'un phenomene plus complexe, impliquant entre autres: les personnes, de l'incertitude, des jeux de pouvoir etc. . . Tout d'abord l'objectif de la recherche est de decrire et de comprendre les problemes fondamentaux auxquels fait face la firme, puis de developper un "vocabulaire" qui soit pertinent au processus. Ainsi apres l'etude des travaux existants sur le sujet, la seconde partie de la recherche est associee a un travail de conceptualisation suivant 4 axes : 1) la petite entreprise familiale 2) le chef de la petite entreprise familiale 3) la crise de succession 4) les modeles de transmission. Ensuite la "matiere, issue d'enquetes cliniques est passee au "crible" que constituent ces concepts. Sont ainsi mis en evidence au niveau du chef d'entreprise les facteurs determinants du type comportemental. Enfin un modele plus general de reflexion est propose; modele etaye par trois series de "questions - reflexions".

Thèse par Salma CHABCHOUB (2006) - Université de Montpellier 1

 

Résumé de la thèse :
La thèse aborde les problèmes de gouvernance interne d'un groupe familial tunisien, de taille moyenne et qui connaît plusieurs transformations. Un premier chapitre est consacré à la définition du groupe familial, notamment dans la mise en œuvre d'un mode de gouvernance spécifique. Un deuxième chapitre, relatant l'histoire du groupe depuis ses origines jusqu'aux évènements les plus récents, permet de comprendre comment il est passé historiquement par plusieurs états. Un troisième chapitre reprend les interviews réalisées auprès des dirigeants des sociétés membres. Un quatrième chapitre propose une analyse globale et interprétative sur le mode de fonctionnement du groupe. Cette recherche contribue à mieux comprendre le mode d'évolution et de fonctionnement de ce groupe, et à approfondir la notion de structure de groupe, en dépassant les typologies classiques. La méthodologie étant exploratoire et descriptive, l'approche historique permet d'interpréter les évolutions, en mettant en évidence à la fois l'interaction des logiques d'actions et des degrés de contrôle, et l'impact conjugué des choix de diversification et des facteurs contingents.

Thèse par Djibrilla MOUSSA OUSSEINI (2015) - Université de Bordeaux

 

Résumé de la thèse :
Non disponible.

Thèse par Sonia BEN JEMAA (2007) - Université de Bordeaux 4

 

Résumé de la thèse :
L'objet de cette recherche est d'expliquer le comportement de financement des entreprises familiales en Tunisie. L'étude empirique a été menée en deux phases : dans un premier temps, les 49 entreprises formant l'échantillon ont fait l'objet d'un questionnaire, à travers lequel des caractéristiques liées au caractère familial ont été dégagées en utilisant une méthodologie combinant des données qualitatives et quantitatives. Ces variables ont fait l'objet d'une régression pour mesurer leur impact sur la structure financière de l'entreprise. Dans un second temps, l'impact de plusieurs variables de type ratios financiers tirées de la théorie financière sur le niveau d'endettement a été testé sur le même échantillon pour une période de cinq années. Les résultats des régressions obtenus ont permis d'expliquer en partie la structure financière des entreprises familiales tunisiennes. De manière générale, l'étude révèle la prédominance du cadre institutionnel tunisien dans les décisions de financement des entreprises.

Thèse par Eric STEPHANY (1994) - Université de Bordeaux 1

 

Résumé de la thèse :
Tout financement par capital risque se définit sous deux dimensions: un apport financier et un suivi qui ne peut être financier, stratégique et relationnel. L'objectif de cette recherche est double : - montrer l'impact d'un financement par capital risque sur l'organisation et le management de la P.M.E. familiale; - définir les caractéristiques de la relation d'agence organisme de capital risque (O.C.R.) - dirigeant et analyser l'ensemble des conséquences de l'intégration de ce suivi au niveau de la performance financière de l'entreprise et sur le degré de complexité de l'organisation. Un financement par capital risque amène une nouvelle logique de la fonction financière et des changements dans le processus stratégique de la P.M.E. familiale. Il change les relations de l'entreprise avec les acteurs de son environnement. La relation d'agence O.C.R.dirigeant permet d'expliquer l'évolution de la performance financière et amène un nouveau type d'organisation.

Thèse par Loïc MAHERAULT (1996) - Université de Grenoble 2

 

Résumé de la thèse :
L'objet de la thèse est de démontrer la spécificité des entreprises familiales non cotées par rapport aux autres entreprises privées. La démarche théorique suivie aboutit à un modèle de financement hiérarchique propre aux entreprises familiales non cotées. Proche, par le raisonnement, du modèle de Myers et Majluf (1984), il est différent sur le fond : ce n'est pas un modèle de marche. Il démontre que les entreprises familiales non cotées doivent respecter la hiérarchie des financements suivante : autofinancement, dette, et augmentation de capital en dernier recours lorsque le partage du risque de financement s'impose, ce qui induit un rationnement des ressources propres. La partie empirique consiste en la description et la comparaison d'échantillons d'entreprises d'une part, et en l'étude comparative de la fonction d'investissement d'entreprises familiales cotées et non cotées d'autre part. Les résultats obtenus ne valident pas directement le modèle développé, mais ils montrent nettement que si les entreprises familiales cotées s'inscrivent dans une logique financière traditionnelle, ce n'est pas le cas des entreprises familiales non cotées qui respectent une hiérarchie des financements et sont confrontées à un rationnement du capital. Ces résultats ne relèvent pas de l'effet taille. La politique financière des entreprises familiales non cotées s'inscrit dans une logique financière propre. Cette logique mérite d'être plus largement étudiée car elle concerne l'immense majorité des PME.

Thèse par Jean-Pierre MOULINE (1999) - Université de Nancy 2

 

Résumé de la thèse :
L'objet du travail consiste à comprendre les processus de gestion mis en œuvre dans le cadre de la succession managériale dans l'entreprise familiale. Sachant que ces processus restent étroitement liés aux attitudes et aux systèmes de valeurs des individus, l'orientation donnée volontairement à la recherche est en premier lieu une orientation managériale, issue du domaine des sciences de gestion, mais aussi psychologique et sociologique. Après avoir précisé le champ et les contenus possibles du concept " entreprise familiale ", un examen synthétique et critique des théories en présence et des travaux empiriques qui les sous-tendent permet de dresser le bilan des connaissances et de repérer la nature des débats qui se sont développés à propos de la problématique successorale. Une étude empirique est conduite sur un échantillon de sept entreprises familiales totalisant treize récits de vie. Elle prend pour principe directeur d'observer les pratiques mises en œuvre dans les entreprises familiales. Les interprétations de ces observations sont ensuite confrontées aux champs théoriques correspondants où les concepts clés sont définis, entretenant ainsi le lien nécessaire entre l'observation et l'interprétation d'une part et entre l'interprétation et la théorie d'autre part. La recherche conclut sur la mise en évidence d'un double processus diachronique de la succession managériale et se termine sur quelques réflexions et propositions quant à des études ultérieures.

Thèse par Henda ELLOUZE KARRAY (2005) - Université de Montpellier 1

 

Résumé de la thèse :
Le marché tunisien est constitué en majorité par des entreprises créées par une ou plusieurs familles, et gérées depuis leur création par les membres de la famille. C'est ce constat qui a nourri notre curiosité à l'égard des entreprises familiales, très peu étudiées jusqu'ici en Tunisie.L'ouverture de la Tunisie sur son environnement international matérialisée par l'accord d'association signé avec l'union européenne en vue de la création d'une zone de libre échange et par la mondialisation de son économie, nous ont poussé à s'intéresser à l'identification de relation entre les représentations et les logiques d'action des dirigeants des entreprises familiales tunisiennes appartenant au secteur de l'industrie chimique.Nous avons choisi la cartographie cognitive pour illustrer les discours des dirigeants et, essentiellement, pour vérifier nos propositions de recherche. Une enquête, a été conduite auprès de 15 dirigeants d'entreprises familiales tunisiennes pour cerner leurs représentations concernant la mondialisation.Suite à l'analyse des cartes cognitives individuelles des dirigeants- propriétaires, nous avons pu confirmer que ces dirigeants ont différentes représentations de la mondialisation et adoptent des actions stratégiques différentes. L'élaboration d'une grille d'analyse complémentaire à l'analyse cartographique a permis de vérifier la relation étroite entre les représentations des dirigeants et leurs logiques d'action.Selon les résultats de cette recherche, il est possible d'avancer l'idée selon laquelle la carte cognitive permet d'identifier, d'une part, le profil général d'un dirigeant d'entreprise, et d'autre part, ses actions stratégiques.Par ailleurs, il est estimé que cette thèse présente des intérêts, tant en termes théoriques que pratiques et également en termes méthodologiques, malgré les quelques limites qu'elle présente.

Thèse par Zouhour EL-ABIAD (2009) - Université de Paris Panthéon Sorbonne

 

Résumé de la thèse :
La rémunération des dirigeants correspond à un domaine d'actualité, de débats et de développement continu qui s'est traduit par un vaste champ de littérature pluridisciplinaire, dont l'origine est principalement de nature anglo-saxonne. Certaines recherches ont tenté d mettre en évidence les facteurs qui pouvaient déterminer cette rémunération. D'autres se sont intéressées à examiner l'éventuel lien qui associe la rémunération des dirigeants à la performance de l'entreprise. Cette recherche vient de compléter la littérature existante en apportant des résultats issus d'un contexte différent: le contexte français caractérisé par la prédominance des entreprises familiales où peu de preuves empiriques ont été rapportées. L'objectif général de la thèse est d'apprécier les déterminants internes de la rémunération des dirigeants et les implications de cette dernière sur la performance dans le contexte spécifique des entreprises familiales françaises cotées. Cet objectif s'est articulé autour de deux axes. Le premier s'intéresse aux facteurs qui déterminent la rémunération des dirigeant des entreprises familiales françaises cotées. Il s'ancre autour des implications du système de gouvernance de l'entreprise familiale, matérialisé à travers le conseil d'administration et l'endettement, en mettant en relief le contexte des entreprises familiales. Le second axe vise à compléter la littérature sur la contribution de la rémunération des dirigeants à la création de valeur. Il met en relief le rôle asSigné' la rémunération des dirigeants comme un vecteur d'alignement des intérêts et d'incitation à la création de valeur pour les entreprises familiales.

Page 2 of 4

Vu sur Twitter