YJ YouEdition - шаблон joomla Mp3
Thèses

On dénombre actuellement 43 thèses francophones de Doctorat dans le domaine de l'entreprise familiale* sur la période 1984 - 2014. Elles sont pour la plupart préparées et soutenues en France (ou en cotutelle avec certaines universités étrangères). Ce nombre ne tient pas compte des thèses de 3ème cycle ou des thèses soutenues dans des disciplines telles que l'économie ou le droit.

* : thèses dont le titre comporte les termes "entreprise familiale", "PME familiale", "société familiale", etc.

Thèse par Rabï BEL HAJ HASSINE (2011) - Université de Rennes 1

 

Résumé de la thèse :

Non disponible.

Thèse par Pinar SENER (2015) - Université de Paris 1

 

Résumé de la thèse :

Cette thèse, en portant une attention particulière sur les entreprises familiales turques et par l'utilisation d'une approche fondée sur la théorie de l'agence, a pour objectif de mettre en lumière les implications du capital familial sur la performance, la distribution de dividendes et les avoirs étrangers. Elle étudie premièrement en s'appuyant sur une méta-analyse, la relation entre l'impact net du capital familial sur la performance de l'entreprise et l'effet de modérateurs sur cette relation. Ensuite, elle examine si, en Turquie, le capital familial comble ou profite des lacunes institutionnelles et étudie comment les entreprises familiales diminuent les préoccupations relatives à l'expropriation des actionnaires minoritaires. Enfin, elle explore comment dans le cas turc, les investisseurs étrangers perçoivent le capital familial et les pratiques de gouvernance appliquées par les entreprises familiales pour éliminer les préoccupations de ces investisseurs concernant l'expropriation de leurs droits. Les principaux résultats de cette thèse démontrent que l'impact du capital familial sur la performance des entreprises est positif mais faible. Le niveau de développement des institutions formelles du pays dans lequel les entreprises familiales opèrent, modère la relation entre le capital familial et la performance des entreprises. En Turquie, un niveau modéré de détention du capital par la famille est bénéfique car la performance comptable atteint un pic à ce niveau de détention et les investisseurs valorisent un tel niveau de détention du capital par la famille. En outre, lorsque les familles détiennent un niveau substantiel de droits de vote et participent activement au management de l'entreprise, le versement de dividendes se réduit et la gouvernance familiale profite des lacunes institutionnelles pour exproprier les autres actionnaires de leurs droits. Enfin, en Turquie, le recours effectif par les entreprises familiales à des pratiques de gouvernance diminue les inquiétudes des investisseurs étrangers concernant l'opportunisme de la famille.

Thèse par Olivier COLOT (2006) - UNIVERSITE DE MONS-HAINAUT - FACULTE WAROCQUE

 

Résumé de la thèse :
Quel entrepreneur ne rêve pas de transmettre sa société à ses enfants et ainsi d'assurer la pérennité de celle-ci après son départ ? Cet événement apparaît comme une étape difficile. En effet, des questions vont se poser, non seulement d’ordre juridique et fiscal, mais également de type financier, commercial, social et surtout humains.
Selon les estimations, un tiers des entreprises européennes feront l'objet d'une transmission dans les dix prochaines années. Vu l’importance de ces chiffres, le problème de la transmission peut avoir des conséquences dramatiques au niveau macro-économique : disparition d’entreprises et d’emplois, détérioration du tissu industriel, etc.
La première partie de ce travail consiste en une revue de la littérature concernant l'entreprise familiale et la problématique de la transmission. La deuxième partie contient les résultats d’une enquête réalisée auprès des dirigeants de PME en Région wallonne, de manière à appréhender la problématique de la transmission. Enfin, la dernière partie consiste en une analyse de la performance des transmissions de PME familiales

Thèse par Luis CISNEROS MARTINEZ (2005) - HEC

 

Résumé de la thèse :
Au Mexique, la survie et le développement des petites et moyennes entreprises (PME) familiales sont des enjeux majeurs pour l'économie du pays. Cependant, le taux de mortalité de ces entreprises est extrêmement élevé après la succession du fondateur. Le changement de direction entre le fondateur et son successeur affecte inévitablement les pratiques managériales et est susceptible de déstabiliser l'équipe de direction. Ceci nous conduit à formuler la problématique suivante : Dans quelle mesure le changement de mode de direction entre le dirigeant fondateur et le dirigeant successeur peut-il affecter le développement d'une PME familiale au Mexique ? Pour répondre à cette problématique, nous nous sommes intéressés à la relation hiérarchique entre le dirigeant et ses collaborateurs directs. Pour opérationnaliser la mesure de cette relation, nous avons utilisé la notion de distance managériale qui se décline en deux dimensions : la direction par le sens et la délégation. Cette recherche, de nature exploratoire, utilise des méthodes quantitatives et qualitatives. Elle compare la distance managériale existant dans les PME familiales de première génération et celle qui prévaut dans les PME familiales de deuxième génération. Les apports de notre thèse sont doubles. D'une part nos résultats valident la forte différence entre le mode de management du dirigeant fondateur et celui du dirigeant successeur. Nous proposons une justification de cette différence et une objectivation de son impact sur les équipes de direction des PME familiales concernées. D'autre part, nous avons adapté, et validé statistiquement un cadre conceptuel et des méthodes qui permettent de mesurer et d'analyser la qualité de la relation managériale dans les PME familiales mexicaines.

Thèse par Marie-Noëlle ALBERT (2007) - Université de Lyon 3

 

Résumé de la thèse :
Ce travail de thèse vise à étudier l'engagement interne et l'engagement externe, à l'aide du "soi", au sein d'entreprises familiales de la grande distribution pour voir si elle peut montrer une voie susceptible d'enrichir la problématique de l'engagement organisationnel. Ce travail a été l'occasion de construire un cadre méthodologique constitué de quatre phases : conception du canevas de la recherche, recueil d'informations empiriques, construction de savoirs locaux, construction et diffusion de savoirs génériques. Lors de l'étude empirique, nous avons réalisé près de soixante entretiens semi-directifs, au sein de quatre magasins d'un petit groupe indépendant. Outre ces entretiens, d'autres informations (observations, documents) ont été collectées. L'interprétation de ces informations empiriques a donné lieu à la construction de savoirs locaux. En confrontant ces savoirs aux théories existantes, nous avons pu construire des savoirs génériques : - Si I'on adopte une attitude d'ouverture à l'autre, si les objectifs de l'organisation sont compatibles avec les objectifs des individus, l'engagement externe et i'engagement interne peuvent se développer au travers d'une boucle récursive, et permettre ainsi à la fois aux individus de vivre positivement l'engagement externe et aux organisations d'améliorer leur situation - Le modèle générique de construction du "soi" construit à partir des travaux de Mead permet une étude dynamique de l'engagement qu'il soit interne ou externe - Des divergences entre attentes mutuelles de comportement et entre perceptions mutuelles des comportements adoptés peuvent susciter le développement de boucles récursives négatives - Plus les individus vont interagir en communiquant de manière explicite. , plus ils se sentiront reconnus, plus ils vont donner un sens à leur travail, plus il sera possible d'éviter le développement de boucles récursives génératrices de désengagement. Puis nous nous sommes intéressés à la diffusion de ces savoirs et leur mise en oeuvre en abordant des exemples.

Thèse par Sara BENTEBBAA (2014) - Université de Paris Est Créteil & Université Cadi Ayyad

 

Résumé de la thèse :
Face aux multiples évolutions que connait le monde des affaires, les entreprises sont amenées à s'ajuster continuellement à leur environnement. Dans notre thèse, nous avons fait le choix de nous intéresser aux Moyennes Entreprises Familiales car la littérature suggère qu'elles ont des spécificités qui donnent naissance à une dynamique d'apprentissage particulière. Dans le but de comprendre quels sont les acteurs, les objets et les vecteurs de l'apprentissage organisationnel dans ce type d'entreprises, nous avons mené quatre études de cas dans le contexte marocain. Nos résultats montrent qu'au-delà de certains éléments communs, les Moyennes Entreprises Familiales peuvent avoir des configurations d'apprentissage très différentes et parfois non spécifiques. Ce travail constitue un premier pas pour combler le vide théorique et empirique qui existe sur le sujet et lance le débat sur la question de la spécificité.

Thèse par Sylvie ALLAIN-GUEYE (2003) - Université de Nice

 

Résumé de la thèse :
Les grandes entreprises familiales sont souvent dépeintes comme offrant un modèle désuet de management, affectées de mécanismes de gouvernance inadéquats dans le contexte concurrentiel mondial, souvent incompatibles avec les valeurs dominant l'économie actuelle : performance, innovation et risque. Le fait que ces entreprises survivent plusieurs générations est pourtant surprenant. Dans ce travail de recherche, les auteurs ont montré que, sur la dernière décennie 1990-2001, les grandes entreprises familiales françaises cotées ont généré des surperformances financières de l'ordre de 5% par an par rapport aux grandes entreprises non familiales. Des entretiens qualitatifs opérés auprès de dirigeants de grandes entreprises européennes familiales sur leurs activités en capital-risque, ont permis de mettre en exergue l'existence de réelles spécificités d'approche face au risque, au temps et à l'innovation. Basée en premier lieu sur les développements récents sur la théorie d'Agence, de Gouvernance et la théorie des Ressources, la recherche est construite autour d'une étude quantitative sur leur rentabilité, puis sur une étude clinique de plusieurs grandes sociétés familiales européennes contactées à travers le Family Business Center et le Lombard Odier Family Business Center de l'IMD. Cette recherche apporte un nouvel éclairage sur ces acteurs et les présente comme une réconciliation possible de la tradition et de la modernité.

Thèse par Christian LANGLOIS (1987) - Université de Lille 1

 

Résumé de la thèse :
Contribution à l'étude du processus de transmission de la petite entreprise familiale le nombre toujours croissant d'entreprises à transmettre nous révèle l'existence d'un phénomène économique nouveau : la pérennité des petites entreprises familiales. Pour y faire face les pouvoirs publics ont récemment mis en place et développent à ce jour un certain nombre "d'incitants" à caractère juridique, financier ou fiscal. La realite des faits nous montre qu'a eux seuls, ils ne permettent pas aux chefs d'entreprise cedants, de resoudre les problemes rencontres durant le processus de transmission. Doit donc etre emise l'hypothese selon laquelle cette operation procede d'un phenomene plus complexe, impliquant entre autres: les personnes, de l'incertitude, des jeux de pouvoir etc. . . Tout d'abord l'objectif de la recherche est de decrire et de comprendre les problemes fondamentaux auxquels fait face la firme, puis de developper un "vocabulaire" qui soit pertinent au processus. Ainsi apres l'etude des travaux existants sur le sujet, la seconde partie de la recherche est associee a un travail de conceptualisation suivant 4 axes : 1) la petite entreprise familiale 2) le chef de la petite entreprise familiale 3) la crise de succession 4) les modeles de transmission. Ensuite la "matiere, issue d'enquetes cliniques est passee au "crible" que constituent ces concepts. Sont ainsi mis en evidence au niveau du chef d'entreprise les facteurs determinants du type comportemental. Enfin un modele plus general de reflexion est propose; modele etaye par trois series de "questions - reflexions".

Thèse par Salma CHABCHOUB (2006) - Université de Montpellier 1

 

Résumé de la thèse :
La thèse aborde les problèmes de gouvernance interne d'un groupe familial tunisien, de taille moyenne et qui connaît plusieurs transformations. Un premier chapitre est consacré à la définition du groupe familial, notamment dans la mise en œuvre d'un mode de gouvernance spécifique. Un deuxième chapitre, relatant l'histoire du groupe depuis ses origines jusqu'aux évènements les plus récents, permet de comprendre comment il est passé historiquement par plusieurs états. Un troisième chapitre reprend les interviews réalisées auprès des dirigeants des sociétés membres. Un quatrième chapitre propose une analyse globale et interprétative sur le mode de fonctionnement du groupe. Cette recherche contribue à mieux comprendre le mode d'évolution et de fonctionnement de ce groupe, et à approfondir la notion de structure de groupe, en dépassant les typologies classiques. La méthodologie étant exploratoire et descriptive, l'approche historique permet d'interpréter les évolutions, en mettant en évidence à la fois l'interaction des logiques d'actions et des degrés de contrôle, et l'impact conjugué des choix de diversification et des facteurs contingents.

Thèse par Djibrilla MOUSSA OUSSEINI (2015) - Université de Bordeaux

 

Résumé de la thèse :
Le coût du capital est la pierre angulaire de la théorie financière. Pourtant,pour la forme d’organisation la plus ancienne et la plus répandue dans le monde qu’est l’entreprise familiale non cotée (EFNC), les modèles traditionnels d’estimation du coût du capital sont d’une très faible utilité. Ces modèles s’inscrivent, pour la plupart, dans le cadre de la théorie de l’utilité espérée. Ils ne considèrent que le risque de l’investissement et son lien avec la rentabilité espérée. La présente étude, contrairement à l’approche traditionnelle fondée sur la maximisation de la valeur de marché, adopte une approche comportementale fondée sur l’utilité, afin de pouvoir prendre en compte les spécificités qui caractérisent l’EFNC. Des modèles spécifiques de détermination du coût du capital sont développés puis testés sur 12043EFNC françaises. L’étude met particulièrement en évidence l’importance des motivations non financières, notamment celle de la pérennité, de l’indépendance financière et du métier de l’entreprise, dans la formation du coût du capital, et leurs impacts sur le comportement financier de l’EFNC.

Page 2 of 5

Vu sur Twitter