YJ YouEdition - шаблон joomla Mp3
Thèses

On dénombre actuellement 43 thèses francophones de Doctorat dans le domaine de l'entreprise familiale* sur la période 1984 - 2014. Elles sont pour la plupart préparées et soutenues en France (ou en cotutelle avec certaines universités étrangères). Ce nombre ne tient pas compte des thèses de 3ème cycle ou des thèses soutenues dans des disciplines telles que l'économie ou le droit.

* : thèses dont le titre comporte les termes "entreprise familiale", "PME familiale", "société familiale", etc.

Thèse par Laura SALLOUM (2013) - Université de Lille 1

 

Résumé de la thèse :

Cette recherche a pour objectif d’analyser l’influence de la prise de participation familiale en matière de propriété, de gestion et de conseil d’administration sur la performance des entreprises familiales. Les nombreux travaux de recherche précédents ont mis à jour des résultats divers et hétérogènes, notamment en ce qui concerne la diversité des genres siégeant au conseil d’administration. Les femmes au conseil sont souvent liées à une gestion efficace, améliorant en conséquence la performance financière. Les avantages et les inconvénients de la participation de la famille au capital et à la gestion de l’entreprise ont révélé l’existence d’effets non-linéaires, créés par ces deux variables, sur la performance. Une analyse de régression sur un échantillon de 97 entreprises a permis de révéler une corrélation quadratique négative entre la prise de participation de la famille dans la gestion et la performance, et aucune relation liant la prise de participation de la famille dans le capital et la performance. La littérature associe souvent la présence de membres de la famille dans la gestion de l’entreprise à des relations positives. Les conclusions obtenues dans cette recherche ont montré que cette corrélation n’était pas suffisamment significative pour compenser les inconvénients créés par une orientation des objectifs non monétaires. Il en est de même pour les couts générés par l’urgence de résoudre les conflits entre les gestionnaires de la famille ainsi que l’impossibilité d’envisager un élargissement du capital de l’entreprise, tant intellectuel que social.

Thèse par Hanène BEN HAMMOUDA LABIDI (2014) - Université de Caen

 

Résumé de la thèse :

S'intéresser de manière spécifique à la transmission du réseau personnel dans les entreprises familiales ayant réussi transférer leur entreprise à au moins un membre de la nouvelle génération, c'est se préoccuper d'un phénomène émergeant pour lequel les chercheurs en PME et Entrepreneuriat ont, jusqu'à ce jour, montré peu d'intérêt. Ainsi, notre objectif est de s'intéresser à une éventuelle transmission de l'entreprise familiale au successeur-fille tunisienne. A cet égard, l'ambition de cette thèse est d'apporter une contribution à la compréhension de la transmission du réseau personne du prédécesseur au successeur-fille ainsi que les ressources procurées, les facteurs favorisant et les obstacles freinant cette transmission. Afin de répondre à notre problématique, nous avons opté pour une étude qualitative multi sites s'inscrivant dans un paradigme interprétativiste. Nous avons retenu le principe de l'entretien comme mode de collecte des données qualitatives. L'étude s'est déclinée à l'exploitation de sept cas d'entreprises familiales tunisiennes transmises au successeurs-filles. La collecte a été réalisée grâce à des entretiens servi-directifs, et l'analyse de contenu s'est faite l'aide du logiciel NVivo010. Cette investigation a montré que malgré, l'importance de la transmission du réseau personnel des prédécesseurs au successeurs-filles et l'importance des ressources obtenues par le biais de ces relations et des ressources profitables pour les remplaçantes et l'entreprise familiale, des obstacles culturels peuvent exclure les filles d'intégrer ce réseau. Néanmoins, les données qualitatives analysées, nous ont permis de mieux cerner les raisons du choix du successeur-fils tunisienne. Ainsi, les prédécesseurs ont déclaré que le genre du successeur n'intervient que très peu dans leur choix ce qu’explique le changement de la situation de la femme tunisienne. Nous avons conclu aussi que d'autres raisons peuvent influencer l'acceptation de la fille tunisienne dans la sphère de l'entreprise familiale telle que son implication actuelle dans l'entreprise, sa relation avec le prédécesseur, ses compétences et ses traits de personnalité.

Thèse par Gérard HIRIGOYEN (1984) - Université de Bordeaux

 

Résumé de la thèse :

Non disponible.

Thèse par Céline BARREDY (2005) - Université de Bordeaux

 

Résumé de la thèse :

La SA en directoire et conseil de surveillance, née de la réforme de 1966, possède une architecture originale en deux organes. La direction est exclusivement attribuée au directoire et le contrôle au conseil de surveillance. L'étudier permet d'introduire le droit dans la gouvernance d'entreprise. Son adoption connaît une impulsion favorable depuis 1990, alimentée par des sociétés familiales dont les enjeux de gouvernance se distinguent de ceux des sociétés managériales. L'objet de la thèse est de comprendre pourquoi et quand ce choix intervient et le mode de gouvernance constitutif. Les réponses apportées par la littérature théorique sont partielles car centrées sur les sociétés managériales. Une méthodologie inductive par études de cas et analyse de contenu est privilégiée. Des raisons explicites et implicites apparaissent. Le changement de structure s'opère pour créer un mode de gouvernance orchestrant la transmission de l'exécutif, l'accés aux compétences et l'engagement familial.

Thèse par Taib BERRADA El AZIZI (2005) - Université de Bordeaux

 

Résumé de la thèse :

L' objet de cette recherche est de contribuer à l'estimation du poids relatif des contraintes financières qui pèsent sur les investissements des (ME) familiales. L'étude empirique a été menée en deux phases. Dans un premier temps, les 46 entreprises formant l'échantillon ont été classées selon l'intensité des contraintes financières ressenties par leurs dirigeants. Dans un second temps, l'impact des contraintes financières sur le niveau d' investissement a été appréhendé au moyen d'une approche économétrique à partir d'un modèle de sensibilité financière. L' estimation des sensibilités financières dans les diverses catégories préformées a corroboré l'hypothèse de la prééminence des contraintes financières de ce point de vue. En réalité, la situation est loin d'être simple au sein des (ME) familiales. D'abord, les résultats des régressions obtenus n'ont pas permis d'éliminer totalement le poids des contraintes patrimoniales. Ensuite, il s'est avéré que les dirigeants des entreprises les plus contraintes financièrement réagissent par le biais de diverses modalités de la décision d'investissement (abaissement de l'intention d'investir, recours au crédit-bail,...). De manière générale, l'étude révèle l'exhaustivité de l'incidence des contraintes financières sur les investissements des (ME) familiales.

Thèse par Charbel KARAM (2006) - Université de Bordeaux

 

Résumé de la thèse :

Actuellement, la plupart des recherches empiriques sur le gouvernement d'entreprise familiale se concentrent sur les pays anglo-saxons. Quelques pays du Proche-Orient, comme le Liban, ont une tradition de gouvernement d'entreprise très différente. Par conséquent, notre étude traite les objectifs suivants : établir le statut actuel des pratiques de gouvernement d'entreprise au Liban, décrire comment les dynamiques dans les entreprises familiales libanaises influencent les pratiques de gouvernement dans de telles firmes et démontrer quelle pratique s'associe avec une meilleure performance. Enfin, ce travail de recherche procède dans le cadre classique d'une méthodologie hypothètico-déductive. Il correspond à la conception "popperienne" de la méthode scientifique qui constitue la meilleure façon de mener une recherche avec rigueur et ordre sans sacrifier pour autant l'esprit de curiosité et de découverte.

Thèse par Rania LABAKI (2007) - Université de Bordeaux

 

Résumé de la thèse :

L'objectif de cette recherche est de développer théoriquement e de tester empiriquement un modèle sur les déterminants et les implications des liens familiaux dans les entreprises familiales. D'un point de vue théorique, l'approche contractuelle de la gouvernance (théorie des coûts de transaction et de l'agence) est utilisée en complément de l'approche relationnelle de la gouvernance (théorie du capital social). L'état de l'art sur les liens familiaux dans l'entreprise familiale permet de proposer d'une part, des hypothèses sur les variables explicatives de l'atténuation et du renforcement des liens familiaux dans le temps et, d'autre part, des hypothèses sur l'influence de la dynamique de ces liens sur trois sources de coûts d'agence et de transaction des entreprises familiales : la divergence d'intérêts, l'asymétrie d'information et l'asymétrie d'altruisme. Une étude basée sur des entretiens auprès de propriètaires-dirigeants d'entreprises familiales permet de compléter les apports de la littérature à l'objet de la recherche. Un modèle compréhensif des liens familiaux dans les entreprises familiales est développé puis testé à travers une enquête quantitative, basée sur des questionnaires adressés aux entreprises familiales françaises cotées. Les données collectées sont analysées par des techniques d'analyse multivariée et de régression multiple. Les résultats montrent l'impact significatif des variables organisationnelles et comportementales sur les liens familiaux ainsi que l'influence relative des liens familiaux sur les sources des coûts de transaction et d'agence. Ils mettent en évidence le rôle des structures familiales de gouvernance en complément des liens familiaux forts dans l'atténuation des coûts de transaction et d'agence dans les entreprises familiales. Les liens familiaux sont des facteurs-clefs essentiels à la compréhension de la gouvernance des entreprises familiales.

Thèse par Marion SASSINE (2009) - Université de Bordeaux

 

Résumé de la thèse :

Cette recherche hybride a pour objet d'approfondir les connaissances sur le phénomène de constitution d'une dynastie dans les petites et moyennes entreprises familiales (PMEF) opérant dans le secteur viticole aquitain. Etant donné que les enjeux familiaux ne semblent pas similaires à chaque famille, l'intégration de deux littératures, respectives au concepts théoriques relatifs à la naissance et à la pérennité de la dynastie, permet d'appréhender la problématique de la recherche à travers une approche intergénérationnelle. Dans l'étude de la question principale, il semble pertinent d'aborder l'aspect conflictuel dans l'analyse théorique. De fait, cette dernière explore le fonctionnement de l'entreprise familiale tant dans un climat informel, à travers les réunions familiales, et tant dans un contexte formel en mettant l'accent sur l'efficience du système de gouvernance dans le cas d'une implication de la famille "élargie" dans la firme. Les résultats des différentes analyses empiriques ressemblent, en plusieurs points, aux éléments ressortis dans les deux revues de la littérature. Les conditions du maintien de la dynastie se traduisent à la fois par les raisons implicites, structurelles et perceptives ainsi que des intentions et des pratiques intergénérationnelles mises en oeuvre pour assurer sa pérennité. Cette vocation dynastique s'illustre dès lors par la conservation de l'identité familiale et sociale, par le fort enracinement dans la propriété et dans la direction familiale de l'entreprise, par l'attachement à des valeurs et finalement, par le référence régionale des dynasties et leur légitimation.

Thèse par Hani Al CHAARANI (2009) - Université de Bordeaux

 

Résumé de la thèse :

Actuellement, entre les deux structures de propriété (DO : Dispersed Ownership Structure, et CO : Concentrated Ownership Structure), il existe en France un troisième type de structure actionnariale : la structure à contrôle minoritaire (Controlling-Minority Structure : CMS), dans laquelle les actionnaires minoritaires contrôlent leur entreprise avec une petite part de propriété. Effectivement, ce travail examine le relation directe et indirecte entre la performance et le contrôle minoritaire dans le cas des entreprises familiales. Nous avons trouvé une relation non linéaire entre la performance et la part de contrôle ultime des dirigeants dans les entreprises familiales. En plus, nous avons trouvé que le dirigeant familial contrôlant l'entreprise d'une façon minorotaire et ultime, peut utiliser certains moyens (comme la politique d'endettement, la séparation entre le contrôle et la propriété et la taille du conseil d'administration) afin de favoriser son contrôle et son propre bénéfice au détriment de la performance actionnariale globale.

Page 3 of 4

Vu sur Twitter