YJ YouEdition - шаблон joomla Mp3
Thèses

On dénombre actuellement 43 thèses francophones de Doctorat dans le domaine de l'entreprise familiale* sur la période 1984 - 2014. Elles sont pour la plupart préparées et soutenues en France (ou en cotutelle avec certaines universités étrangères). Ce nombre ne tient pas compte des thèses de 3ème cycle ou des thèses soutenues dans des disciplines telles que l'économie ou le droit.

* : thèses dont le titre comporte les termes "entreprise familiale", "PME familiale", "société familiale", etc.

Thèse par Rania LABAKI (2007) - Université de Bordeaux

 

Résumé de la thèse :

L'objectif de cette recherche est de développer théoriquement e de tester empiriquement un modèle sur les déterminants et les implications des liens familiaux dans les entreprises familiales. D'un point de vue théorique, l'approche contractuelle de la gouvernance (théorie des coûts de transaction et de l'agence) est utilisée en complément de l'approche relationnelle de la gouvernance (théorie du capital social). L'état de l'art sur les liens familiaux dans l'entreprise familiale permet de proposer d'une part, des hypothèses sur les variables explicatives de l'atténuation et du renforcement des liens familiaux dans le temps et, d'autre part, des hypothèses sur l'influence de la dynamique de ces liens sur trois sources de coûts d'agence et de transaction des entreprises familiales : la divergence d'intérêts, l'asymétrie d'information et l'asymétrie d'altruisme. Une étude basée sur des entretiens auprès de propriètaires-dirigeants d'entreprises familiales permet de compléter les apports de la littérature à l'objet de la recherche. Un modèle compréhensif des liens familiaux dans les entreprises familiales est développé puis testé à travers une enquête quantitative, basée sur des questionnaires adressés aux entreprises familiales françaises cotées. Les données collectées sont analysées par des techniques d'analyse multivariée et de régression multiple. Les résultats montrent l'impact significatif des variables organisationnelles et comportementales sur les liens familiaux ainsi que l'influence relative des liens familiaux sur les sources des coûts de transaction et d'agence. Ils mettent en évidence le rôle des structures familiales de gouvernance en complément des liens familiaux forts dans l'atténuation des coûts de transaction et d'agence dans les entreprises familiales. Les liens familiaux sont des facteurs-clefs essentiels à la compréhension de la gouvernance des entreprises familiales.

Thèse par Marion SASSINE (2009) - Université de Bordeaux

 

Résumé de la thèse :

Cette recherche hybride a pour objet d'approfondir les connaissances sur le phénomène de constitution d'une dynastie dans les petites et moyennes entreprises familiales (PMEF) opérant dans le secteur viticole aquitain. Etant donné que les enjeux familiaux ne semblent pas similaires à chaque famille, l'intégration de deux littératures, respectives au concepts théoriques relatifs à la naissance et à la pérennité de la dynastie, permet d'appréhender la problématique de la recherche à travers une approche intergénérationnelle. Dans l'étude de la question principale, il semble pertinent d'aborder l'aspect conflictuel dans l'analyse théorique. De fait, cette dernière explore le fonctionnement de l'entreprise familiale tant dans un climat informel, à travers les réunions familiales, et tant dans un contexte formel en mettant l'accent sur l'efficience du système de gouvernance dans le cas d'une implication de la famille "élargie" dans la firme. Les résultats des différentes analyses empiriques ressemblent, en plusieurs points, aux éléments ressortis dans les deux revues de la littérature. Les conditions du maintien de la dynastie se traduisent à la fois par les raisons implicites, structurelles et perceptives ainsi que des intentions et des pratiques intergénérationnelles mises en oeuvre pour assurer sa pérennité. Cette vocation dynastique s'illustre dès lors par la conservation de l'identité familiale et sociale, par le fort enracinement dans la propriété et dans la direction familiale de l'entreprise, par l'attachement à des valeurs et finalement, par le référence régionale des dynasties et leur légitimation.

Thèse par Hani Al CHAARANI (2009) - Université de Bordeaux

 

Résumé de la thèse :

Actuellement, entre les deux structures de propriété (DO : Dispersed Ownership Structure, et CO : Concentrated Ownership Structure), il existe en France un troisième type de structure actionnariale : la structure à contrôle minoritaire (Controlling-Minority Structure : CMS), dans laquelle les actionnaires minoritaires contrôlent leur entreprise avec une petite part de propriété. Effectivement, ce travail examine le relation directe et indirecte entre la performance et le contrôle minoritaire dans le cas des entreprises familiales. Nous avons trouvé une relation non linéaire entre la performance et la part de contrôle ultime des dirigeants dans les entreprises familiales. En plus, nous avons trouvé que le dirigeant familial contrôlant l'entreprise d'une façon minorotaire et ultime, peut utiliser certains moyens (comme la politique d'endettement, la séparation entre le contrôle et la propriété et la taille du conseil d'administration) afin de favoriser son contrôle et son propre bénéfice au détriment de la performance actionnariale globale.

Thèse par Cendrella ABOU FAYAD (2009) - Université de Bordeaux

 

Résumé de la thèse :

La succession en entreprise familiale non cotée semble être une étape cruciale à la fois pour l'entreprise et pour la famille : elle peut remettre en cause la pérennité de l'entreprise et le déchoir de l'héritage familial. Réussir sa transmission c'est donc assurer la continuité de la lignée familiale, la survie et le développement de l'entreprise, la protection des emplois et la garantie de la valorisation du patrimoine. Depuis les travaux pionniers de Christensen (1953), le thème de la succession en entreprise familiale a été l'objet d'une littérature scientifique abondante. Cependant, le présent travail qualifié d'exploratoire, abordera ce sujet d'un nouvel angle, puisqu'il se propose d'étudier le cas particulier de la fille successeur dans un cadre géographique et culturel spécifique : le Liban. En effet, la nomination de cette dernière en tant que repreneur du flambeau est susceptible d'amener des modifications quant à la planification de la succession, aux critères de choix du successeur et à sa socialisation. Ces changements risquent même d'affecter la période critique d'après succession, le style de management avec lequel les affaires sont menées ainsi que les mécanismes de gouvernance mis en place.

Thèse par Lionel CAMBLANNE (2011) - Université de Bordeaux

 

Résumé de la thèse :

Erigé en modèle du dirigeant d’entreprise familiale à la tête d’un outil de production de bois, sa forêt, le forestier est un dirigeant d’entreprise singulier dont l’activité se caractérise par une unique décision de gestion, couper ou ne pas couper; et par un horizon temporel extrêmement long sur plusieurs générations.Partant du constat que le comportement des forestiers n’est pas rationnel au regard de la fonction de production de la forêt, les sources de déviations comportementales sont explorées et notamment l’influence de la vision familiale, du fait de l’impact de chacune de leurs décisions sur leurs descendants. Dans cet objectif, en recourant à des travaux issus de la psychologie, un cadre théorique, offrant un modèle intégré de l’ensemble des biais pouvant affecter le dirigeant, est élaboré. Adoptant une méthode comparative entre différents cas de forestiers, la vision familiale est positionnée à la source d’un biais conatif les affectant et engendrant une inertie comportementale qui s’avère variable en fonction des spécificités de la famille dont ils sont issus. Les différents comportements des forestiers offrent une nouvelle perspective en termes de gouvernance comportementale en proposant à la fois un outil d’analyse des comportements et un mécanisme visant par différentiel à identifier les sources de biais comportementaux ; et permettent d’inférer des moyens de les corriger.

Thèse par Carine FOTSO YUMGUE (2007) - Université de Bordeaux

 

Résumé de la thèse :

L'intérêt que continue d'accorder la recherche en gestion à la question non résolue du financement de l'entreprise, trouve dans l'objet de la présente étude un terrain d'analyse certain. La finance organisationnelle à travers les nouvelles théories de l'entreprise a su mettre l'acteur et les différentes parties prenantes au coeur de la gouvernance d'entreprise. Les pratiques de financement au sein de l'entreprise familiale africaine se révèlent être influencées par la structure de propriété du capital de l'entreprise. Dans le cadre de la P.M.I. familiale camerounaise non cotée, cette structure est construite autour d'un ensemble de déterminants identifiés comme spécifiques de ce type d'entreprise. Si la "Famille" en tant que concept socio-économique fondamental en Afrique en est ici le principal, le profil du dirigeant-propriétaire se révèle entre autre comme un déterminant majeur.

Thèse par Kristen CADIOU (2011) - Université de Brest

 

Résumé de la thèse :

De tous les événements auxquels est confrontée l’entreprise familiale, le changement de dirigeant est un élément qui revêt une importance stratégique indéniable. Le travail réalisé traite de la problématique de la succession dans les entreprises familiales sous l’angle de l’intention des repreneurs. La question de recherche soulevée est la suivante : l’imbrication entre l’intentionnalité individuelle d’un repreneur et celle collective des partenaires du projet permet-elle de distinguer la stratégie de marcottage de celle de greffage ?
Le positionnement épistémologique est interprétativiste. La méthodologie de recherche est mixte. Le design est exploratoire et mobilise de façon conjointe et successive des méthodes qualitatives et quantitatives d’investigation
L’objet de la première partie est des présenter la problématique de recherche. L’apport est avant tout conceptuel. Le chapitre premier s’intéresse à l’intention individuelle du repreneur et à l’intention collective d’un projet existant. La notion d’intentionnalité propose la construction dans l’action d’une intention stratégique. Elle est par essence fusionnelle et intimement liée à la légitimité. Le deuxième chapitre développe le concept de phénomène repreneurial. Le contenu et les modalités de la succession émergent. La proposition d’un continuum de modalités pour un même processus est faite. Il a pour extremums, le marcottage, la reprise par un membre de la famille et le greffage, la reprise par un repreneur externe. Ces deux perspectives de reprise sont au centre de cette recherche. L’objet de la deuxième partie est essentiellement empirique. Elle s’intéresse aux pratiques de greffage et de marcottage. La visée est de comparer les modalités vécues par des repreneurs afin d’en extraire les ressemblances et dissemblances. Le chapitre troisième relève d’une analyse qualitative. Il se situe dans une démarche de recherche et trouve une application dans deux cas l’un de marcottage, l’autre de greffage. Le chapitre quatrième propose une analyse quantitative réalisée sur la base d’un questionnaire expédié à des repreneurs familiaux et à des repreneurs externes.

Thèse par Amandine SAVALL (2014) - CNAM

 

Résumé de la thèse :

Nous étudions les méthodes de management stratégique de l’entreprise familiale qui favorisent l’internationalisation performante et durable. Sur base de quatre cadres théoriques, la création de valeur économique durable, le socle stratégique, le modèle séquentiel d’Uppsala et l’apprentissage organisationnel, nous avons émis l’hypothèse qu’une stratégie d’internationalisation est performante et durable si les méthodes de management stratégique de l’entreprise familiale reposent sur des variables endogènes sociales et économiques. Au travers d’un cas longitudinal de recherche-intervention qualimétrique, nous avons ainsi identifié et mesuré les facteurs endogènes de performance durable de son internationalisation. Deux facteurs dominants de performance et deux de durabilité lui procurent un avantage concurrentiel : des pratiques de pilotage et de contrôle de trois natures incrémentales managériale, organisationnelle et informationnelle, la renégociation fréquente du « pacte organisationnel de vie commune », la mesure de ces facteurs incorporels et endogènes mobilisés et l’organisation de l’apprentissage tiré de l’expérience.

Thèse par Caroline BEDOUK MINIALAI (2013) - Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Résumé de la thèse :

La transmission des entreprises familiales d’une génération à l’autre est la principale difficulté à laquelle se heurtent les familles qui cherchent à assurer la pérennité de leur patrimoine. Il s’agit pourtant, pour ces organisations, d’un moment stratégique. La plupart des travaux consacrés à ce processus de succession intrafamiliale, se sont intéressés à des entreprises installées dans les pays anglo-saxons ou en Europe, et, dans une moindre mesure, en Asie. Les PME marocaines, familiales dans leur immense majorité, sont confrontées aujourd’hui à un phénomène de succession de grande ampleur, qui se transforme en enjeu national. Pourtant, les modèles de succession, élaborés à partir de la littérature existante, ne sont pas nécessairement en adéquation avec la culture nationale et le système familial dominant au Maroc, un système communautaire endogame (Todd, 1999), dont le fonctionnement est très différent de celui qui prévaut dans les sociétés anglo-saxonnes ou européennes.

Cette recherche cherche à combler ce vide. A partir de neuf études de cas, construites sur la base de récits de vie de successeurs, elle élabore un ensemble de propositions, destiné à tenir compte des caractéristiques de ce système familial sur les dynamiques de succession, qu’il s’agisse du processus lui-même, de la gouvernance, de la gestion des émotions ou de la transmission de la propriété psychologique. Elle montre que l’autorité patriarcale, l’égalité entre frères et soeurs, et l’endogamie sont des dimensions critiques de la réussite du processus de succession.

Thèse par DJIMNADJINGAR Ratangar (2012) - Université de Lille 1

 

Résumé de la thèse :

Cette thèse étudie les relations entre gouvernance et performance des PME familiales au Tchad. Dans l'état actuel des connaissances, l’utilisation des théories de l’agence et de l’intendance ainsi que les récentes tentatives visant à prendre en compte les données des pays africains montrent des limites, en particulier sur la gouvernance des PME familiales. Notre thèse propose une extension qui vise à intégrer les spécificités des PME familiales et non familiales ainsi que les PME informelles tchadiennes. A partir d’une revue de littérature étendue, nous développons un modèle opératoire testé sur un échantillon de 182 PME tchadiennes, familiales, non familiales et informelles. De ces analyses, trois enseignements fondamentaux se dégagent. Premièrement, l’impact de la gouvernance sur la performance est significatif pour l’ensemble des échantillons des trois types des PME concernés. Deuxièmement, une Analyse en Composantes Principales (ACP) est réalisée et dégage des facteurs spécifiques des variables gouvernance, intendance (altruisme), et caractères familiaux ; la régression factorielle par degré de significativité respectif et d’importance des facteurs montre que les facteurs relations et délégations, formalisme de la gouvernance, relations internes, formations et expériences et conflits professionnels constituent les principaux atouts de la performance des PME. Troisièmement, l’impact de la variable altruisme sur la performance est non significatif sur l’échantillon global et se révèle complexe sur les sous-échantillons. En conclusion, les implications théoriques et managériales sont discutées ainsi que les limites et les principales voies de recherches futures.

Page 4 of 5

Vu sur Twitter